Rencontre avec Alexandra Moulié !

Formatrice dans le cadre du programme intensif Make-Up / Effets Spéciaux


Rencontre avec Alexandra Moulié !

Douze ans après sa formation maquillage, Alexandra Moulié revient sur son parcours, plus passionnée que jamais. Entre temps, elle est devenue maquilleuse professionnelle, a réalisé des courts métrages, a travaillé pour le cinéma, des clips, des pubs. Son cœur de métier : l’horreur mais pas que ! Rencontre avec une artiste accomplie qui fait aujourd’hui partie de l’équipe de choc du nouveau programme intensif maquillage/effets spéciaux de l’école Peyrefitte Make-Up !

 

Le maquillage, c’est un domaine qui vous était prédestiné ?

 

Alexandra : "Plus jeune, je voulais être tatoueuse. J’ai toujours été attirée par le milieu artistique : la sculpture, la peinture… Un jour je me rends à un salon artistique à Paris et là je découvre l’art du bodypainting, j’étais fascinée ! Quelques mois plus tard, j’économisais pour m’offrir une formation make-up de 9 mois à Paris."

 

Une fois formée, que se passe-t-il ?

 

Alexandra : "J’ai commencé des petits boulots, à me créer un réseau dans le milieu. J’ai travaillé dans une boutique accessoiriste d’effets spéciaux à Paris, j’ai beaucoup appris. C’est surtout grâce à mon stage au sein de l’atelier 69 que je me suis vu ouvrir des portes et que je me suis confortée à donner à 100% dans ce métier. Aujourd’hui, je travaille pour le cinéma, des clips, des pubs, principalement sur la thématique de l’horreur mais j’ai aussi des projets moins axés « gore » où je dois réaliser des cicatrices ou des ventres de femmes enceintes par exemple."

 

Aujourd’hui vous êtes également formatrice, comment passe-t-on de l’autre côté ?

 

Alexandra : "Il y a quelques années j’ai eu comme directeur de formation Vincent de Montfreid maquilleur/prothésiste effets spéciaux. Depuis, nous collaborons ensemble sur des projets ainsi que des cours privés, ça va faire 6 ans maintenant."

 

Vincent et vous rejoignez justement tous deux l’aventure Peyrefitte Make-Up, où est mis en place le 1er cours intensif maquillage/effets spéciaux cette année sur Lyon.

 

Alexandra : "J’ai tout de suite accepté, transmettre mon savoir fait partie de mon parcours, j’aime l’échange et le partage d’expériences. Lors des sessions avec les élèves je fais des démonstrations, je leur apprends à créer de faux membres, de faux visages ou encore à réaliser des sculptures pour les prothèses. Je leur fais part également des joies et contraintes du métier. Le but étant qu’ils se rendent compte du quotidien qui les attend."

 

Quelle est la grande contrainte d’un maquilleur FX ?

 

Alexandra : "Le temps ! Il faut travailler super vite, réagir instantanément, on n’a pas ou peu le droit à l’erreur ! Dans ce métier, il faut pour chaque projet une grosse partie préparation qui va servir à envisager, estimer les matériaux que l’on va utiliser et comment on va les manipuler et les assembler. Il faut faire des tests, les prothèses demandent en amont du temps et de la réflexion. Il y a quelques mois, j’ai travaillé sur une sculpture de corps entier pour un collectionneur chinois : total de l’opération 2 mois et demi alors qu’en moyenne ce genre de projet prend 6 mois à 1 an mais parfois le temps nous est compté alors il faut anticiper, réfléchir à des solutions et s’adapter ! Dans ce métier, il faut être passionné mais aussi curieux et malin !"

 

Un conseil ?

 

Alexandra : "Pratiquer, pratiquer, pratiquer ! Il faut maîtriser les matériaux et bosser sur ses propres créations en parallèle des projets professionnels. Être autonome, c’est important pour stimuler sa créativité !"

 

Un rêve ?

 

Alexandra : "Aller à la rencontre de grands artistes notamment sculpteurs pour qui je voue un véritable culte !"

 

 

L’école Peyrefitte Make-Up peut se targuer d’avoir à ses côtés Alexandra, formatrice dévouée et passionnée prête à embarquer les élèves avec elle dans son univers fantastique !


Article précédent Article suivant